C’est difficile de trouver les mots pour décrire l’endroit. J’ai toujours adoré me balader en forêt, mais là, c’est encore autre chose. Les arbres sont tellement hauts, tellement grands ! Même en basculant la tête en arrière, on en voit pas le haut !

L'auteur de ces lieux, photographiant tranquillement un ranger se baladant tranquillement dans son domaine, à Muir Woods

Des arbres, vivant tranquillement leur vie d'arbres géants, à Muir Woods

La petite tâche blanche, là bas, au creux de l’arbre, c’est l’amoureux qui, tranquillement, prend la pose à l’intérieur du tronc.

L'amoureux de l'auteure de ces lieux donc, posant tranquillement à l'intérieur d'un tronc

J’aimerais arriver à vous décrire mieux comme on se sent tout petit au milieu de ses séquoias sans fin, mais ça n’est pas évident.

Des arbres tranquilles, mais pas les même

Ceux là aussi, ç'en sont d'autres

Et je ne crois pas vous avoir encore montré ceux là

Mais je pourrais vous parler de l’autre truc fou, en dehors de la taille. C’était le bruit.

Un rayon de soleil, s'invitant tranquillement

Jamais avant, je n’avais entendu d’arbres parler !

Et toujours, des arbres, grands

Des craquements, dû au bois qui bouge : des craquements graves, qui sortent de la terre et résonnent dans les troncs.

Cette photographie s'intitule sobrement « Conversation »

Complètement impressionnant.