Tout commence par une petite demi-heure de bateau (vestes sont de mise, car ça souffle fort) qui permet d’avoir une vue imprenable sur la skyline de San Francisco. On ne peut alors pas s’empêcher de penser aux prisonniers de l’époque qui devaient voir la ville si proche – et pourtant si loin ! (je suis poète un peu).

La skyline de SF et le Bay Bridge

Une fois sur l’île, on monte jusqu’au bâtiment principal, la prison en elle même. On passe devant le bâtiment des gardes, où ils vivaient avec leur femmes & enfants (je me demande si pour des gamins, vivre là bas était rigolo ou chiant…).

Chambre avec vue sur la mer

À l’intérieur de la prison, on nous donne des écouteurs. J’ai toujours eu un mauvais souvenir des visites guidées audio, mais là, on se prends facilement au jeu : on se promène dans toute l’île avec dans les oreilles, des récits de « vies » et d’évasions.

Chambre avec salle de bain privative

Petit studio meublé proche toutes commodités

Parfois, la visite nous remène dehors, et l’on découvre le spectacle du soleil qui se couche sur l’île.

Mouettes et barbelés

« L'art, c'est le reflet que renvoie l'âme humaine éblouie de la splendeur du beau. »

* autre citation intelligente ici *

Mais bon, en vrai c'était joli quoi

Beau beau beau

Une fois le soleil couché, la prison est alors encore plus noire et les bruits métalliques encore plus impressionnants.

Chambre avec vue sur barreaux

Quelques travaux à prévoir

Désolé de la qualité, il faisait UN PEU sombre

Le matos de l’hôpital qui ne te donne pas envie d'être malade

Dans nos oreilles, les histoires s’enchaînent : le prisonnier qui a tenté de s’évader à la petite cuillère, celui qui a construit un écarteur de barreau, ou encore celui qui a réussi à se déguiser en officier après avoir volé différentes pièces d’uniformes pendant plus de 10 ans…
Sur la trentaine d’évasions, seules 5 ont réussies mais l’histoire ne dit pas si les hommes sont morts noyés où si ils ont réussis à rejoindre la baie…

Salle principale

Salle non principale

Isoloir