Jour 17 : Lundi : sur le forum du NaNo tout s’accélère ! Les uns recherchent une maladie qui déforme un seul bras pendant que les autres se demandent si on peut mourir d’un œil au beurre noir.

Jour 18 : Mardi : à quel moment j’ai pu croire que c’était une bonne idée de faire ce défi ?

Jour 19 : Mercredi : j’ai surpris mon cerveau à penser : « L’année prochaine, je ferais un truc avec un touche de science fiction, ce sera super cool ! ». Je crois que je ne suis pas nette dans ma tête !

Jour 20 : Jeudi : je n’en peux plus d’écrire tous les jours, alors j’écris bouchée double pour finir plus vite. Quand je vous dit que je ne suis pas nette !

Jour 21 : Vendredi : au boulot, alors que j’écris de la documentation, je réalise soudain que j’essaye d’écrire les phrases les plus longues possible pour gagner des mots. Cerveau, arrête ça tout de suite !

Jour 22 : Samedi. J’ai passé la barre des 40k la veille, et je me sens la reine du monde ! Les idées fusent ! J’écris toute la journée et je réalise que je vais pouvoir finir dans le week-end !

Jour 23 : Dimanche. Il ne me reste que 2000 mots à écrire ! De la rigolade ! J’écris la scène de fin le matin, sans aucune difficulté. Le soir, il me reste 800 mots et des trous partout dans mon histoire, mais je ne sais pas auquel m’attaquer. C’est là que ce sera dur : je mets une éternité à écrire les mots restant.

Quand soudain :

Capture_d_ecran_de_2014-11-23_20_01_28.png

Je l’ai fait ! J’ai réussi le défi que je m’étais fixée \o/ Et euh, ben, en fait, ça me fait presque ni chaud ni froid. Il faut dire que je suis atteinte de ce syndrome à la con qui fait qu’une fois que je réussis quelque chose qui me paraissait impossible dans les jours/semaines/mois précédentes, je me dis Bof, c’était pas si difficile en fait ! Si j’ai réussi, c’est qu’il n’y a pas de quoi en faire un plat…

Et maintenant ?

Soyons réaliste, le titre de mon article est complètement mensonger : je n’ai pas écrit un roman mais une succession de phrases qui se suivent, plus ou moins. J’ai écrit un texte avec des trous partout, des personnages qui changent de nom, de sexe, de passé, ou de personnalité. J’ai écrit un texte avec des scènes entières manquantes, des personnages secondaires qui disparaissent totalement, des incohérences partout, et des « TODO : insérer une scène émotionnelle forte ici ». Mon roman est donc loin d’être terminé ! Mais c’est normal, on n’écrit pas un roman abouti en 30 jours :)

Donc maintenant, voici mon plan d’action :

  1. avant toute chose : ne rien faire[1] ;
  2. en décembre : relire mon texte pour la première fois[2] ;
  3. puis : lire des vrais livres pour le fun et pour voir comment c’est fait, quelque chose de bien écrit[3] ;
  4. à partir de janvier : me remettre à mon manuscrit pour corriger les incohérences et ajouter les scènes manquantes[4] ;
  5. un jour : le faire relire à des vrais gens[5].

Et en attendant, ce blog va retrouver une ligne éditoriale normale ! (comment ça, je n’ai pas de ligne éditoriale ?)

Notes

[1] Je pourrais profiter des 7 jours restant du mois de novembre pour continuer d’écrire mais… je n’ai plus envie !

[2] Je n’ai strictement rien relu de tout ce que j’ai écrit. Ça fait un peu peur !

[3] Ça tombe bien : j’ai depuis quelques temps une heure de transport par jour pendant laquelle je m’ennuie un peu.

[4] La partie la plus difficile du programme en fait…

[5] Avec un peu de chance, avant 2020 !