Après un passage rapide à l’épicerie du coin pour charger le sac en tomme de la région et saucisson, nous nous engageons dans la forêt. Assez vite, nous avons vu un premier panneau Barrage d’Emosson : 1h45. Et puis, presque d’un coup, ça a commencé à monter. Dans le genre sérieusement. Quand une heure (et 600m de dénivelé) plus tard, nous avons croisé le panneau Barrage d’Emosson : 1h30, on a pris un petit coup au moral.
Ça coïncide à peu près au moment ou j’ai arrêté de prendre des photos. Le terrain est devenu vraiment raide : mes bras étaient occupés à grimper, et mes jambes à garder la cadence : gauche. droite. gauche. droite. gauche. droite. Avec de temps en temps, une pensée pour le type de l’office de tourisme : Il aurait pu prévenir que c’était 2H de montée d’AFFILÉE. Ou bien prévenir que c’était pas de la marche mais de l’escalade… .

Et puis, fatalement, au bout d’un moment, on a fini par arriver en haut. EN HAUT. Du coup, tout allait mieux !

IMG_8481.jpg

Après avoir dévoré la tomme accompagné d’un peu de pain, on est reparti. Et là, puisque je n’avais plus besoin de mes mains pour monter, j’ai pu prendre quelques photos. Pendant deux heures, on a longé la montagne sur un petit chemin. Croisant occasionnellement des trailers : ces fous qui font la même chose que nous, mais en COURANT.

Je vous laisse, et on se retrouve au bout du chemin.

IMG_8475.jpg

IMG_8477.jpg

IMG_8490.jpg

IMG_8491.jpg

IMG_8487.jpg

Et puis, comme l’avait prédit le guide, on est arrivé à un refuge. Il avait l’air vide, mais on en a profité pour goûter et boire un peu d’eau de source qui passait par là. Et accessoirement, profiter de la vue sur les environs.

IMG_8497.jpg

IMG_8498.jpg

IMG_8500.jpg

IMG_8501.jpg

IMG_8504.jpg

IMG_8502.jpg

Et comme les nuages arrivaient, on a repris la route. À notre grande surprise, le dénivelé qui nous avait fait souffrir à la montée était toujours là sur la descente !

IMG_8507.jpg

IMG_8509.jpg

On est pas arrivé en bas tout à fait sec - l’orage nous avait devancé - mais ça nous a donné une excuse pour une bonne tartiflette.

Voilà, merci d’avoir refait la balade avec moi !